Le genre #2 L’identité et l’expression de genre

Pour cette partie, nous allons introduire un de mes outils préférés *roulement de tambour*… le genderbread person. Ce petit bonhomme de pain d’épice créé par Sam Killermann regroupe le sexe biologique – dont nous avons parlé dans l’article genre #1- l’identité de genre, l’expression de genre et les orientations sexuelles. Cet outil va nous permettre de séparer et détailler chaque composant. Au fil des années, le genderbread person a évolué, passant par plusieurs versions. Nous verrons ici la dernière en date: la version 4.

Comme tu l’as peut-être remarqué, les orientations sexuelles sont absentes du titre de l’article, nous les aborderons dans le prochain article sur le genre!

Commençons par le sexe biologique. Tu peux voir que le sexe sur le genderbread person est situé au niveau des organes génitaux, mais il est bien plus que ça! Cfr l’article genre #1.

Sur notre schéma, nous avons chaque notion – identité de genre, expression de genre et sexe anatomique/biologique – suivie de deux curseurs. À chaque fois, les deux curseurs peuvent bouger. Les curseurs du sexe biologique sont femelle et mâle.

Exemple: si une personne a des organes génitaux mâles, mais a également plus d’œstrogène que de testostérone, on bougera les deux curseurs. À quel point ? Ici, nous ne sommes pas dans des choses réellement quantifiables, on n’est pas à un centimètre près. On peut à la limite essayer de compter combien de caractéristiques sont mâles et combien sont femelles pour faire des proportions… Faut-il encore considérer que toutes les caractéristiques sont sur le même pied d’égalité. Si je devais bouger les curseurs pour me représenter, j’aurais tendance à bouger le curseur femelle au maximum, et à ne pas bouger l’autre. Pourtant, je ne sais pas si j’ai réellement des chromosomes XX, peut-être que je me tromperais en ne bougeant pas le curseur mâle.

Passons à la notion de genre. Comme nous l’avons évoqué dans le premier article, le genre est une construction sociale qui varie en fonctions des époques et des cultures. Dans notre société, le genre est binaire : il y a les hommes et les femmes.

C’est-à-dire qu’on attribue certaines valeurs, certains comportements, certains rôles comme étant féminins et d’autres comme étant masculins. C’est en fonction de notre assignation à la naissance que nous allons être socialisé.e.s différemment.

Si nous avons été assigné.e.s femelles, nous allons être sociabilisé.e.s de manière à correspondre aux dictats féminins, et à devenir une femme. Il en est de même pour les personnes assignées mâles, sociabilisées de manière à devenir ce qu’on attend d’un homme. L’assignation d’un sexe mène donc également à une assignation de genre.

Nous arrivons à l’identité de genre. Sur le genderbread person, elle est représentée par le cerveau. Le genre est un concept auquel chacun décide de s’identifier ou non. Chaque personne face à sa perception du genre va se positionner en tant qu’homme, que femme, ou autre. L’identité de genre est donc quelque chose de très personnelle, de par la compréhension que chacun se fait du genre, et de ce que chacun en fait. Nous pouvons parler ici des personnes transgenres*. Une personne trans est une personne qui ne se sent pas correspondre au genre qu’on lui a assigné à la naissance. A “l’inverse”, une personne qui s’identifie au genre qu’on lui assigné est une personne cisgenre

Pour la notion d’identité de genre, il y a le curseur femme et homme. Si on se sent homme, on ne déplacera que le curseur homme, jusqu’au bout, ou pas totalement si on ne sent pas totalement correspondre à un « homme ». Certaines personnes décrivent leur identité de genre comme pouvant fluctuer entre homme et femme, elles s’identifient alors comme de genre fluide. En fonction du jour, du moment, elles pourraient déplacer les curseurs différemment. Certaines personnes ne sentent ni appartenir aux concepts d’homme et de femme, et se disent agenre, elles ne déplaceraient donc aucun curseurs.

Venons-en à l’expression de genre. C’est le seul critère dans cette série d’articles qui est visible. Selon nos normes sociales, on considère qu’une certaine apparence et certains comportements sont plutôt féminins ou plutôt masculins, qui sont donc les deux curseurs de cette catégorie. Ce qui comprend la posture, les vêtements, le port du maquillage, de bijoux, la coiffure, le timbre de voix… Il n’y a pas toujours de lien direct entre l’identité de genre et l’expression. On peut s’identifier comme étant une femme, et avoir une expression de genre masculine, cela n’influera pas spécialement notre identité de genre. On peut, comme à chaque fois, bouger les deux curseurs, et également les bouger différemment en fonction du moment.

Il nous reste les orientations sexuelles, mais je garde ça pour le prochain article!


Article rédigé par Estelle N.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s